Dernières réflexions du poste !
Accueil » Arte » Que nous disent les audiences TV 2017
Que nous disent les audiences TV 2017

Que nous disent les audiences TV 2017

L’année 2017 venant tout juste de se terminer, les bilans en tous genres fleurissent et celui des audiences TV ne déroge pas à la règle. Voici les chiffres, les tendances et quelques clés d’interprétation des scores d’audience réalisés tout au long de l’année 2017.

Globalement, ces chiffres ne changent pas le rapport des forces que l’on observe depuis toujours dans le paysage médiatique français. Les chaîne historiques conservent une hégémonie sur les audiences et les parts de marché en s’adjugeant 59 % de l’audience TV cumulée générée en 2017 contre 61 % il y a un an de cela. Ce replis réel (– 1,9 pt) est à relativiser tant l’avance sur le reste des chaînes de télévision est important (le second pôle étant les chaînes TNT de première génération avec 17% d’audience cumulée).

En se plongeant plus précisément dans ces chiffres, on constate que les tendances sont quant à elle inversement proportionnelles au classement. Ainsi, entre 2016 et 2017, la plus forte progression d’audience est à mettre à l’actif des chaînes de la TNT de deuxième génération qui progresse de 1,1 pt en établissant son audience cumulée à 10 %. L’année 2017 étant exceptionnelle en terme d’actualité (Présidentielle en France, actualité mondiale riche), les chaînes Infos ont elles aussi connues une année 2017 exceptionnelle avec 4 % d’audience mais surtout une progression de 0,7 pt au cours des douze derniers mois.

En terme de rapport de forces, voici ce que cela représente avec la précision ci-dessous de la constitution de chaque groupe d’observation.

 

Chaînes Info : BFM TV, CNews, LCI, France Info:*
Chaînes historiques : TF1, France 2, France 3, Canal +, Arte, France 5, M6
TNT 1 : C8, W9, NT1, TMC, NRJ 12, France 4, CStar, Gulli (LCP ne faisant pas partie du Mediamat)
TNT 2 : France Ô, HD1, La Chaîne L’Equipe, 6 Ter, Numéro 23, RMC Découverte HD 24, Chérie 25
Autres TV : chaînes locales, chaînes thématiques, chaînes étrangères
* : France Info: n’étant pas comptabilisée dans les calculs de 2016

Au-delà de ces ensembles, il est intéressant de se questionner autour de la progression des audiences de chaque groupe et surtout sur ce que ces oscillations peuvent nous dire de la consommation ainsi que de la santé du média TV France.

Globalement, les chaînes de la TNT seconde génération semble être portées par un dynamique assez importante quand les chaînes dites historiques souffrent d’un érosion continue de leurs audiences. Syndrome de la nouveauté pour les premières citées, pas tout à fait dans le sens où elles fêtent déjà leur 5 ans d’existence quand leurs grandes soeurs de la génération 1 ont déjà passées le cap des 10 ans ! Canaux remplis de formats novateurs aux écritures contemporaines en inventives ? Pas tout à fait puisque celles-ci se concentrent sur des rediffusion de séries, films ou autres téléfilms éculés de longue date et ne disposent pas à l’heure actuelle de fonds suffisants pour proposer de nombreuses créations originales.

A l’inverse, les chaînes historiques disposent de moyens tout autre pour proposer des créations originales et investir dans des formats que l’on ne voit pas ailleurs. néanmoins, la réalité est tout autre et celles-ci ne font que bien de « nouveauté » que cela soit dans le fond comme dans la forme. Au contraire, elles investissent et sur-investissent dans les derniers domaines générateurs d’audience quand elles n’osent plus prospecter vers des domaines inédits ou tout du moins bien moins exposés.

Et à bien y arriver, toutes les nouvelles chaînes, du fait que leurs grilles de programmes faites et refaites de rediffusions, on en vient à se dire que ces chaînes adoptent plus ou moins un modèle de télévision délinéarisée. On passe sur ces chaînes, en savant d’avance ce que l’on va y trouver, sans rendez-vous clairement identifiés, il s’agit de robinets tièdes tels que peuvent paraître être Youtube par exemple. On vient picorer ces contenus quand on le souhaite car ils remplissent le temps disponible sans que l’on y attribue un affect ainsi que des attentes démesurées à l’inverse de chaînes historiquement établies dont les attentes du public sont sévères quand l’étude des consommations des téléspectateurs montrent que leurs attentes ne reflètent en aucune manière leur consommation.

Ainsi en terme d’audience, on en vient à contribuer à renforcer des canaux qui ne pourvoient aucune nouveauté dans le média, se contentant de remplir un canal ainsi qu’un espace de diffusion. Les prises de risques, aussi modestes soient-elles sont quant à elles quasiment systématiquement mis en défaut ou diffusées à des heures qui ne concentrent pas les critiques. Face à cette dichotomie, l’équation des chaînes historiques en devient intenable dans le temps et va leur demander sans doute de faire des choix douloureux dans les années à venir sous peine de disparition, amoindrissement ou éclatement de leur structure actuelle.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page

Video & Audio Comments are proudly powered by Riffly